La mémoire sous les vagues

couquiaud_memoire-vagues_COUV.indd

Nourrie par un long séjour au Japon et dévastée par la catastrophe du 11 mars 2011, j’ai imaginé une trame à double révolution, entre restauration Meiji et actualité contemporaine, inspirée des figures marquantes de la photographie et de l’illustration que furent Felix Beato et Charles Wirgman. Ce roman paraîtra en mai 2018 en poche aux éditions Pocket.

Le 11 mars 2011, un séisme d’ampleur exceptionnel secoue le Japon. Sans nouvelles de sa grand-mère disparue dans le Tōhoku, une photographe franco-japonaise part à sa recherche dans la zone sinistrée par le tsunami et les retombées nucléaires de la centrale de Fukushima.

Dans la petite enclave surveillée de Yokohama au début des années 1860, une geisha déchue divertit les membres de la communauté occidentale naissante, diplomates, négociants, acteurs de l’ouverture du Japon au monde. Elle se lie intimement à un illustrateur et caricaturiste anglais, associé à un célèbre photographe immortalisant le Japon ancestral en voie de disparition.

Les destins de leurs familles se croisent et s’entremêlent au fil de grands événements historiques, de tragédies et de rencontres amoureuses. Du passé et de la boue surgissent des vestiges, des images et une réflexion sur leur pouvoir, le choix d’occulter la mémoire ou la nécessité de la transmettre, l’attachement à la terre d’origine et aux racines constituantes de la personnalité.